Triton (amphibien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 

Les tritons sont des amphibiens urodèles, représentés entre autres par le genre Triturus. Ils s'apparentent aux salamandres ; d'une manière générale, on appelle plutôt « tritons » les urodèles qui, à l'état adulte, sont munis de poumons mais passent beaucoup de temps dans l'eau. Cette distinction souffre de nombreuses exceptions, du fait que les mots « triton » et « salamandre » précèdent de longtemps la découverte de nombreuses espèces — elle reste cependant particulièrement valide en Europe.

Dans la classification des amphibiens, seul le genre Triturus comprend les tritons stricto sensu. Néanmoins la famille des Salamandridae est habituellement divisée informellement en deux grands groupes : les « vraies salamandres » (comprenant les genres Chioglossa, Lyciasalamandra, Mertensiella et Salamandra) et les « tritons » (regroupant les genres restants)[1],[2]. La plupart des espèces de ce dernier groupe sont ainsi dénommées tritons dans le langage courant. Ainsi Hypselotriton orientalis, une espèce courante en aquarium, est souvent confondues avec Cynops pyrrhogaster (plus connue sous le nom de "Triton à ventre de feu") à cause de leurs taches ventrales ressemblantes.

Biologie

Les tritons, comme les salamandres, ont la propriété de pouvoir régénérer un membre coupé. Il semble que cette repousse soit dépendante d'un système protéique comprenant la Prod-1, dont la concentration varie avec la distalité par rapport à l'axe du corps, et le nAG, produit par les cellules de Schwann entourant le neur

 

 Le triton alpestre

 

 Triton alpestre – (Laurenti 1768) - Ichthyosaura alpestris

  • Ordre: Urodèles  
  • Famille : Salamandridae
  • Taille : 7/10 cm    
  • Longévité : 20 ans

Statut de conservation IUCN : LC préoccupation mineure

Description

Le triton alpestre est une des espèces de tritons les plus fréquentes et les plus colorées. La femelle est un peu plus grande que le mâle. La partie supérieure du corps est généralement bleutée, mais peut être également brune ou verdâtre, alors que le ventre est orangé. En période de reproduction, on peut observer un dimorphisme sexuel accentué. La teinte des femelles reste terne alors que l’épiderme des mâles s’orne d’une coloration bleu vif sur les flancs, et de taches noires sur fond beige le long du corps, de la tête et des pattes, alors que se développe une petite crête pareillement décorée.

Habitat

On trouve le triton alpestre dans les régions tempérées d’Europe jusqu’à l’Ukraine. Il fréquente les points d’eau calmes et peu profonds : mares, étangs, bras morts de ruisseaux, abreuvoirs à bétail ou dans des vasques de cavités souterraines. Il est relativement courant en plaine et dans tous les reliefs jusqu’à 3.000 mètres d’altitude.

Comportement

L’animal passe une grande partie de sa vie sur terre, mais a besoin d’eau pour se reproduire. C’est un nocturne qui se déplace lentement. Excellent nageur, il peut évoluer même en plein jour dans le plan d’eau qu’il occupe, et peut faire preuve, lorsqu’il chasse, d’une vivacité qu’il est loin d’avoir sur le sol.

Reproduction

Après avoir quitté son gîte hivernal, le triton alpestre rejoint un plan d’eau et mue. Il abandonne sa peau rugueuse pour une nouvelle peau lisse et perméable qui lui permet de respirer partiellement sous l’eau. Le mâle arbore des coloris éclatants qu’il exhibe à la femelle. Il ondule de la queue pour envoyer vers la femelle les phéromones attractives. Lorsque la femelle est séduite, elle suit le mâle qui éjecte un spermatophore. La femelle place alors le sac au niveau de son cloaque pour être fécondée. Elle pond ensuite les œufs dans la végétation aquatique. Les larves passent par divers stades d’évolution, jusqu’à la perte des branchies pour devenir des individus adultes.

Régime alimentaire

Le triton alpestre se nourrit d’Invertébrés aussi lents que lui : cloportes, petites limaces, mais aussi œufs d’Amphibiens. Il détecte ses proies autant à la vue qu’à l’odorat.

Menaces

À l’instar des autres espèces d’Amphibiens, le triton alpestre est vulnérable face à la pollution des eaux douces et la destruction de ses habitats naturels. En France, l’animal est protégé.

 

Le triton ponctué

Triton ponctué – (Linnaeus 1758) - Lissotriton vulgaris

  • Genre: Urodèles    
  • Famille : Salamandridae
  • Taille : 7/9 cm     
  • Longévité : 20 ans

Statut de conservation IUCN : LC préoccupation mineure

Description

Le triton ponctué, également appelé triton lobé, ressemble beaucoup au triton alpestre. Il arbore également une crête qui court tout le long du dos et de la queue. Mais il se distingue par une bande sombre qui lui barre la tête en passant par l’œil, un ventre coloré jaune-orangé ponctué de taches noires, une queue dont la face inférieure est marquée par un ourlet orangé et des doigts palmés. Contrairement à l’habitude, la femelle est légèrement plus petite que le mâle et entièrement brune.

Habitat

On trouve le triton ponctué dans toute l’Europe occidentale et centrale jusqu’en Asie de l’Ouest, mais il est absent de la péninsule Ibérique et rare dans le Sud. C’est une espèce de basse altitude qui recherche les milieux forestiers humides, des plans d’eau bien exposés au soleil et riches en végétation. On le rencontre assez fréquemment dans les eaux libres au courant faible et dans les zones alluviales.

Comportement

Le triton lobé abandonne la phase aquatique au début de l’été et regagne la terre ferme, mais ne s’éloigne guère de son plan d’eau (en général, une centaine de mètres, au plus loin). L’animal est actif de nuit tandis que le jour il reste terré dans sa cachette.

Reproduction

Lors de la saison de reproduction, qui s’étale de février à juin, on trouve le triton ponctué dans les plans d’eau où il s’accouple. Il effectue alors la parade nuptiale caractéristique des tritons en se plaçant devant la femelle tout en agitant la queue. Ces mouvements ondulatoires diffusent des phéromones secrétées par les glandes dorsales et cloacales en direction de la femelle, et sont destinées à la séduire. Le mâle dépose ensuite un spermatophore que la femelle va recueillir avec son cloaque. La ponte contiendra environ 200 œufs qui écloront en deux ou trois semaines. Les larves auront besoin de neuf semaines supplémentaires pour que leurs poumons soient pleinement développés. La maturité sexuelle est atteinte au bout de deux ans.

Régime alimentaire

Comme tous les autres membres de la famille des Salamandridés, le triton ponctué se nourrit de petits Invertébrés : crustacés, limaces, mollusques, œufs d’amphibiens… et possède la même tendance au cannibalisme que ses cousins.

Menaces

Le triton ponctué est protégé en France. En l’Europe, il jouit de l’inscription à l’annexe III de la convention de Berne pour la protection de la vie sauvage.

 

Le triton palmé

 

Triton palmé – (Razoumorsky 1789) - Lissotriton helveticus

  • Ordre: Urodèles   
  • Famille : Salamandridae
  • Taille: 9 cm 
  • Longévité : 12 ans

Statut de conservation IUCN : LC préoccupation mineure

Description

Le triton palmé est le plus petit des tritons européens. Il arbore une coloration discrète. La partie supérieure du corps est généralement vert-olive ou brun, le ventre orangé et la gorge couleur chair. Des bandes sombres ornent la tête, tandis que la queue marquée de petites taches noires, est terminée par un court filament. Les doigts des pattes arrière sont palmés. Les coloris des femelles sont plus ternes et les tavelures plus discrètes.

Habitat

L’espèce est localisée en Europe de l’Ouest jusqu’à 1.000 mètres d’altitude sauf en Irlande. Dans la phase aquatique, le triton palmé se rencontre dans les étangs et les marais, mais également dans les zones forestières humides ou dans les flaques pérennes de landes de bruyère. Il marque cependant une certaine préférence pour les secteurs boisés. Il se déplace peu, et le fait qu’il ne s’éloigne pas trop de ses lieux de reproduction le rend vulnérable à la destruction de ses habitats.

Comportement

L’animal est essentiellement actif la nuit, mais on peut l’observer de jour par temps pluvieux ou pendant la période de reproduction. Le triton palmé possède des poumons et doit fréquemment regagner la surface pour respirer lorsqu’il est dans l’eau. Comme les autres membres de la famille des Salamandres, il hiberne à terre dans un trou du sol.

Reproduction

Le triton palmé migre vers le site de reproduction dont l’éloignement n’excède pas une centaine de mètres dès le mois de février. Après la parade nuptiale, le mâle dépose un spermatophore que la femelle ramène à son cloaque afin de féconder les œufs. Elle peut pondre jusqu’à 300 œufs, qui seront déposés un par un dans la végétation. Les larves écloront au terme de deux à trois semaines et arboreront des branchies bien visibles lors de la phase aquatique. La métamorphose qui leur permettra d’acquérir des poumons se réalise sur une période variant de six à neuf semaines.

Régime alimentaire

Le triton palmé se nourrit de petits Invertébrés ou des Crustacés, mais peut également se rabattre sur des têtards de grenouille.

Menaces

L’espèce est menacée et protégée dans tous les pays où elle vit. Elle a le statut d’espèce rare en danger au Bénélux. Elle est classée vulnérable en Allemagne, mais est assez courante ailleurs.