écureuil de France

Trois espèces, bientôt quatre

En France, sont présents l’Écureuil roux, le plus connu, et deux espèces introduites, l’Écureuil de Corée et l’Écureuil à ventre rouge. L’Écureuil gris, introduit en Italie, se rapproche quant à lui, année après année, de la frontière franco-italienne.


L'écureuil roux :

 

Présentation générale

 

écureuil roux

 

Avec sa queue en panache, sa silhouette gracieuse et son agilité, l’Écureuil roux attire la sympathie.

 

Strictement forestier et arboricole, l’Écureuil roux est le plus gros des rongeurs de ce type de milieux. C’est le seul écureuil autochtone présent en France.

Son pelage varie du roux, gris-brun, brun foncé au noir, mis à part le ventre qui est toujours blanc. En pelage d’hiver, ses oreilles portent un pinceau de poils bien visible et caractéristique.

Malgré son statut "d’espèce protégée" depuis plus d’une trentaine d’années, ses densités demeurent faibles excepté dans les habitats les plus favorables et dans certains parcs urbains.

 

Où l'observer ?

Dans les boisements composés de feuillus, mélèze, pins, sapins... dans le bocage, les parcs et les jardins. Il fréquente essentiellement la frondaison des arbres mais est également observé au sol pour la recherche de nourriture.

 

Quand l'observer ?

Toute l’année et dès le lever du jour. Il cesse son activité à la tombée de la nuit. Il n’hiberne pas mais restera volontiers blotti dans son nid par grand froid.

 

Espèce menacée ?

La fragmentation de ses milieux de vie, les collisions sur les routes, voire l’installation de compétiteurs, fragilisent ses populations dont l’état et l’évolution restent mal connus.

Origine de l'écureuil roux

 

Fossile de l'ancêtre commun des écureuils.[ voir la galerie photo ]
L’ancêtre commun des écureuils aurait vécu durant l’Éocène (-56 à -34 millions d’années), époque marquée par l’apparition des premiers mammifères.

 

Protosciurus sp., le plus ancien mammifère connu de la famille des Sciuridés, est apparu au début de l’Oligocène (-34 à -29 MA), et le genre Sciurus, il y a environ 20 MA.

 

 Répartition de l'écureuil roux

 

Carte de répartition de l'écureuil roux.[ voir la galerie photo ]
L’Écureuil roux, Sciurus vulgaris, serait présent en Europe depuis 3MA « seulement ». Il occupe de vastes étendues, de l’Europe à la Sibérie orientale, ainsi que le nord-est de la Chine, la péninsule coréenne, les îles Sakhaline (Russie) et Hokkaido (Japon) à l’ouest. En Europe, l’espèce est très répandue. Elle est toutefois absente de la Sicile, de la Sardaigne, du sud-ouest de l’Espagne et du Portugal, d’Islande, localement de Grèce, et d’Angleterre (éliminé par l’Écureuil gris).

 

 

Carte de répartition de l'écureuil roux en France 2005-2011[ voir la galerie photo ]
En France, elle occupe l’ensemble du territoire à l’exception de la Corse, des îles méditerranéennes et des îles atlantiques (sauf l’île d’Oléron et l’île aux Moines), jusqu’à 2000 m d’altitude dans les Pyrénées-Orientales et dans les Alpes.

 

Sous-espèces de l'écureuil roux

Sur l’ensemble de son aire de répartition, plus de 40 sous-espèces ont été décrites sur la base des caractéristiques morphologiques et du pelage des individus. Des études génétiques récentes portant sur l’Eurasie tendent à montrer toutefois une grande homogénéité des populations, seuls deux groupes étant réellement distincts en Europe, S.v. meridionalis en Italie du sud, et les autres populations européenne.

Dans notre pays, cette homogénéité sur le plan génétique a été récemment confirmée, l’Écureuil roux appartenant à la sous-espèce S.v. fuscoater.

À quoi ressemble un Écureuil roux ?

L'Écureuil roux est le plus gros rongeur forestier présent en France.
Sa morphologie, particulièrement adaptée aux milieux forestiers, en fait un animal associé strictement à ce type d’habitat, dont la disparition ou la fragmentation entraine la raréfaction de l’espèce.

Morphologie de l'écureuil roux

Écureuil roux

Mensurations de l’Écureuil roux  (adulte) en France (n=142) : moyenne ± écart-type, et valeurs extrêmes.

  • Poids : 342 ± 26 g (300-416 g) ;
  • Longueur tête-corps : 22 ± 1 cm (17-25 cm) ;
  • Longueur de queue : 18 ± 1 cm (10-21 cm) ;
  • Longueur du pied postérieur : 59 ± 3 mm (51-65 mm) ;
  • Longueur de l’oreille : 29 ± 3 mm (21-44 mm) ;
  • Formule dentaire (Sciuridés) : i 1/1, c 0/0, p 2/1, m 3/3 (par demi mâchoire sup./inf.) : total 22.

Arboricole, sa morphologie est caractérisée par une longueur de corps de 20 à 25 cm, une queue en panache de 15 à 20 cm qui lui sert de balancier lors de ses déplacements dans les arbres, et également d’organe de communication visuelle.

Ses membres postérieurs bien développés lui permettent de faire des bonds importants de branche en branche. Son pied postérieur (51 à 65 mm) est constitué de 5 doigts contrairement à ses mains qui n’en comptent que 4, tous munis de griffes acérées, lui permettant de grimper facilement aux arbres, aussi bien en montant qu’en descendant, la tête la première.

Dépourvu de canine, sa dentition, est constituée de 22 dents.

Mâles et femelles ne sont pas différenciables à distance. Leur poids est identique, entre 300 et 385 g, les femelles étant toutefois plus lourdes lorsqu’elles sont gestantes.

Jeunes et adultes ont une morphologie identique et ne peuvent être différenciés que par leur gabarit, ou par le comportement « joueur » des jeunes.

Capable de distinguer les couleurs, contrairement à la plupart des mammifères, il dispose également d’un odorat développé, indispensable pour retrouver ses provisions cachées dans la litière.

Pelages de l'écureuil roux

Écureuil roux au pelage marron foncé

Le pelage de l’Écureuil roux est variable selon les individus. Si une grande proportion d’individus présente un pelage roux, de nombreuses autres formes sont observées, allant du gris, au marron foncé, voire au noir. Les individus foncés sont rencontrés plus fréquemment en montagne, dans les Alpes, les Pyrénées, mais également en plaine de basse altitude. Tous présentent un ventre blanc, ce qui permet de le différencier aisément de l’Écureuil à ventre rouge.

Les oreilles se terminent par un pinceau de poils de 2,5 à 3 cm de long qui croît en fin d’été et est proéminant en hiver et au printemps. La queue est longue, bien fournie, en panache, de couleur uniforme, parfois avec l’extrémité blanche en hiver (en Grande-Bretagne et très rarement en France).

L’Écureuil roux mue au printemps et à l’automne, respectivement à partir d’avril et d’octobre. La période de mue est toutefois variable selon le sexe et l’âge des individus. La mue printanière commence par la tête, puis les pattes, le cou, le corps et se termine par la queue. Celle de l’automne suit un « chemin » inverse, bien que la queue ne mue pas une seconde fois

Les variétés du pelage :

  • Écureuil « typique » de couleur roux, commun dans les forêts de feuillus de plaine ;
  • Écureuil au pelage « roux-gris », amenant certains observateurs à le confondre avec l’Écureuil gris ;
  • Écureuil au pelage marron foncé, que l’on rencontre aussi bien en plaine qu’en altitude ;
  • Écureuil au pelage noir. La fréquence plus élevée de ce type de pelage, dans les zones d’altitude, où les conifères sont bien représentés, pourrait résulter d’une meilleure survie des animaux foncés aux basses températures, et aux habitats de forêts de résineux

Où vit l'Écureuil roux ?

Habitat et densitÉ de l'écureuil roux

L’Écureuil roux, rongeur forestier, occupe une grande variété d’habitats en France.

Il est présent tant en zones continentales, océaniques que méditerranéennes. Les forêts de conifères (mélèze, pin, sapin, épicéa), les forêts mixtes (constituées de feuillus et de conifères), sont ses habitats préférentiels, en relation avec la présence d’une nourriture riche (graines de conifères) et dont les disponibilités sont relativement constantes au cours des années.

Dans ce type d’habitat, leur densité varie selon les années entre 0,5 et 1,5 ind./ha.

L’Écureuil roux occupe également les forêts de feuillus, mais en moindre densité (0,02 à 0,2 ind./ha).

Les jardins situés à proximité d’un massif forestier sont très fréquentés par ce rongeur, tout comme certains parcs urbains (Parc de Sceaux, Hauts-de-Seine, avec 2 ind./ha).

La destruction et la fragmentation de ses habitats sont les principaux facteurs à l’origine de la diminution de l’effectif des populations en Europe de l’ouest

 

 

Comportement de l'Écureuil roux

 

Domaine vital et dispersion de l'écureuil roux

Écureuil roux sur un tronc d'arbre

L’Écureuil roux est un animal solitaire, excepté durant la période de reproduction. Son organisation sociale est fondée sur une hiérarchie de dominance entre mâles et femelles, et entre individus de même sexe. Les dominants sont généralement plus vieux et plus gros que les dominés.

L’Écureuil roux ne défend pas de territoire. Il fréquente un secteur appelé domaine vital où les individus cohabitent. Sa superficie varie en fonction du type d’habitat, de la distribution de la nourriture et du sexe des individus : entre 2 et 20 ha généralement pour les femelles et entre 5 et 30 ha pour les mâles.

Le domaine vital des mâles, plus important en période de reproduction, couvre ceux de plusieurs femelles. Il est identifié par des marquages olfactifs (urine, secrétions glandulaires, vaginales pour les femelles), renseignant notamment les mâles sur le stade de reproduction des femelles.

Les jeunes demeurent quelques mois à proximité de leur nid de naissance, puis se dispersent pour trouver un secteur propice à leur installation. Les distances parcourues sont fonction des densités et surtout des ressources disponibles. Lorsque la nourriture est abondante, les jeunes s’éloigneront peu de leur lieu de naissance.

Rythme d’activité de l'écureuil roux

L’Écureuil roux est diurne, contrairement à la plupart des rongeurs, et comme toutes les espèces d’écureuils arboricoles. Il est actif du lever du jour au coucher du soleil. Son rythme d’activité est variable selon les périodes de l’année, avec un pic principal en hiver, en fin de matinée, et deux pics aux autres saisons, un après le lever du soleil et un avant le coucher. Ces pics sont plus prononcés en été, saison durant laquelle il est peu actif en milieu de journée, rejoignant son nid, ou somnolant sur la branche d’un arbre.

Écureuil roux sous la neige

En hiver, il ne présente pas de phase d’hibernation contrairement à la Marmotte des Alpes et au Tamia de Sibérie, deux sciuridés trouvant refuge dans un terrier. Toutefois, il réduit son activité par vent violent, en cas de fortes pluies, ou de températures basses.

Son activité est associée principalement à la recherche de nourriture, à la construction des nids, à la constitution de réserves, et à la reproduction. Les mâles en particulier consacrent une partie de leur temps à parcourir leur domaine vital, de manière à connaître le statut reproducteur des femelles, afin de pouvoir les féconder durant la courte période où elles seront réceptives. Après la mise-bas, une part importante de l’activité des femelles sera consacrée au soin des jeunes dans le nid.

Le rythme d’activité des écureuils sera surtout fonction des disponibilités en nourriture. Si elles sont abondantes, les phases de repos seront plus longues.

Alimentation de l'écureuil roux

Écureuil roux avec une noisette en bouche

Omnivore opportuniste, l’Écureuil roux adapte son alimentation aux disponibilités en nourriture, l’alimentation constituant 60 à 80% de son activité selon les saisons. Au cours de l’automne et en hiver, il se nourrit principalement de fruits d’arbres : graines de conifères, faînes, châtaignes, glands, noisettes, noix,…, mais aussi, de champignons, de l’écorce des arbres, et de bourgeons. Au printemps et en été, son régime est diversifié : baies, fleurs, jeunes pousses d’arbres, fruits à pulpe (cerise par exemple), invertébrés (insectes, escargots), et occasionnellement œufs et oisillons.

En automne, les fruits d’arbres sont enterrés au hasard de ses déplacements, mais de préférence rassemblés au pied des arbres, ou dans des cavités. Il stocke également des champignons, séchés au préalable. Il redécouvre ses réserves au cours de l’hiver, lors de la recherche de nourriture.

Occasionnellement, l’Écureuil roux peut être à l’origine de dégâts sur les arbres par écorçage ou par consommation de jeunes pousses, notamment de conifères.

Reproduction de l'Écureuil roux

Période de reproduction de l'écureuil roux

Course nuptiale entre deux écureuils roux

Deux pics de reproduction sont observés, l’un en hiver (décembre à janvier) et le second au printemps.

Les mâles sont féconds durant toute la saison de reproduction. Leur pénis, comme celui des autres espèces de Sciuridés, possède un os pénien, de taille et de forme caractéristiques à l’espèce.

Les femelles présentent plusieurs cycles œstraux, mais sont fécondables un jour durant chaque cycle. Selon leur condition physique et les disponibilités en nourriture, elles feront 1 ou 2 portées par an. Après une gestation de 38 à 40 jours, elles mettront bas de 1 à 6 petits (de 3 à 4 plus généralement), entre février et avril et entre mai et août.

Les mâles n’interviennent pas dans l’élevage des jeunes. Face à une menace, la femelle transporte ses petits dans un autre nid.

A la naissance le nombre de jeunes mâles et de jeunes femelles est équivalent. Toutefois des variations sont observées selon les sites, voire les années. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle entre 10 et 12 mois, mais beaucoup de femelles ont leur 1ère portée durant leur 2ème année, lorsqu’elles ont atteint un poids minimum de 300 à 325 g selon les études.

 L’espérance de vie des jeunes à la naissance est faible, car une forte mortalité intervient au cours des premiers mois. Un individu ayant atteint l’âge de six mois peut espérer vivre de 3 à 5 ans environ. Certains individus peuvent vivre jusqu’à 7 ans, voire au-delà de 10 ans en captivité.

Nids des écureuils roux

Nid d'écureuil roux

L’Écureuil roux trouve refuge et met bas dans des nids qu’il construit généralement à la fourche d’une branche, ou dans la couronne d’un arbre, entre 5 et 15 m de hauteur, assez haut pour échapper aux mammifères prédateurs, mais pas trop haut, afin de ne pas être exposé aux vents violents. 

Les nids sont constitués de branchages que l’Écureuil prélève sur place ou à proximité et qu’il transporte jusqu’au nid. Lorsqu’il est construit en été, les feuilles persistent sur les branches coupées ce qui constitue un excellent critère d’identification du nid de l’Écureuil roux (à ne pas confondre avec celui de la Corneille noire ou de la Pie bavarde).

L’intérieur du nid est tapissé de feuilles, d’herbes sèches et de mousses, qu’il transporte dans sa gueule. L’entrée, de 5 à 8 cm de diamètre, est située latéralement vers le bas. En présence de jeunes, la femelle peut l’obturer.

Certains nids sont facilement observables de par leur taille importante, 50 cm de diamètre et 30 cm de hauteur environ ; d’autres, utilisés moins régulièrement, sont plus rudimentaires et difficiles à repérer. Au cours des saisons, l’Écureuil roux fréquente plusieurs nids en parallèle, un comportement anti-prédateur. Il arrive également qu’il s’installe dans des cavités d’arbres (ancien nid de pics) pour s’abriter, voire également pour mettre bas. Il n’est pas rare non plus d’observer des nids dans les structures des habitations, sur le rebord d’une fenêtre par exemple, dont un montant du volet est rabattu.

Excepté à la période de reproduction, l’Écureuil demeure seul dans son nid. Les nids des mâles et des femelles ne sont pas différenciables.

En forêt de chênes et de charmes, l’Écureuil installe fréquemment son nid sur un Charme situé à proximité d’un Chêne. L’accès au nid se fera par le tronc du chêne (écorce bien adhérente), puis par les branches latérales, et se termine par un bond lui permettant d’accéder aux branches du charme. L’écorce lisse du charme interdit l’accès direct au nid par le tronc et protège ainsi l’Écureuil des prédateurs notamment la Martre (Martes martes). Celle-ci, d’un poids environ 5 fois supérieur, ne parvient pas à emprunter le même itinéraire que l’écureuil qui  peut ainsi "dormir sur ses deux oreilles".

Développement des jeunes écureuils roux

Jeune écureuil roux

Après une gestation de 38 à 40 jours, les jeunes naissent sans poils, sourds et aveugles. Ils pèsent à la naissance entre 8 et 12 g.

Quelques points de repère sur leur développement :

  • Premier pelage entre 10 et 13 jours ;
  • A 20 jours, sa fourrure est déjà épaisse, et il commence à entendre vers le 25ème jour ;
  • A 29-33 jours, il ouvre les yeux ;
  • Les incisives inférieures percent au bout de 15-20 jours, les supérieurs vers 35 jours ;
  • Il commence à s’alimenter avec des matériaux plus consistants vers le 40ème jour et sort du nid aux environs du 45ème jour. Il est allaité encore quelques semaines, puis s’éloignant de plus en plus de son nid, passe progressivement à une nourriture solide.

La mortalité chez l'Écureuil roux

La prédation de l'écureuil roux

Martre, principal prédateur de l'écureuil rouxEn France, les principaux prédateurs de l’Écureuil roux sont la Martre des pins (Martes martes), le Chat sauvage (Felis silvestris), l’Autour des palombes (Accipiter gentilis), la Buse (Buteo buteo), voire également l’Hermine (Mustela erminea) sur les jeunes, le Renard roux (Vulpes vulpes), le Chien et surtout le Chat domestique.

Les prédateurs naturels ne prélèvent qu’une infime partie des populations d’écureuils roux, et ils ne sont en rien responsables d’une diminution des effectifs de ce rongeur forestier.

Par contre, la prédation par les chats domestiques n’est pas insignifiante, notamment lorsque l’Écureuil se rapproche des habitations pour se nourrir à partir des aliments distribués par les particuliers.

Le parasitisme chez l'écureuil roux

L’Écureuil roux a peu de parasites en France.

Tique, parastite de l'écureuil rouxParmi les parasites de fourrure, il héberge principalement une espèce de tique, Ixodes ricinus, deux espèces de puce (l’une étant commune, Ceratophyllus scriurorum, et la seconde, Tarsopsylla octodecimdentata, présente uniquement sur des écureuils vivant dans des habitats d’altitude) et deux espèces de poux (Enderleinellus nitzchi et Neohaematopinus sciuri).

Les parasites vivant dans les organes de l’Écureuil roux sont également peu nombreux. Un nématode intestinal est toutefois très commun, l’oxyure Trypanoxyuris sciuri. Par ailleurs, les protozoaires intestinaux du genre Eimeria, dont E. sciurorum, sont fréquents et pourraient être à l’origine de mortalité, notamment en Europe du Nord. Quelques autres pathogènes ont été également identifiés, en particulier un parapox-virus, dont l’Écureuil gris constituerait le réservoir, hautement pathogène pour l’Écureuil roux en Grande-Bretagne. Enfin ce rongeur héberge des bactéries pathogènes pour l’homme, dont celles du groupe Borrelia burgdorferi sl responsables de la maladie de Lyme, transmises  par l’intermédiaire des tiques.

Les collisions sur les routes d'écureuils roux

En France, comme dans le reste de l’Europe, la collision sur les routes est un facteur important de mortalité de l’Écureuil roux. La fragmentation de ses habitats contribue à augmenter ce risque de mortalité. L’espèce, amenée à se déplacer pour assurer ses besoins en nourriture ou de reproduction, doit faire face à l’augmentation incessante de la circulation. Cette mortalité importante pourrait également être mise en relation avec le rapprochement entre l’Écureuil et l’Homme, à travers le nourrissage, l’amenant à fréquenter les zones péri-urbaines.